Le monde est en train d’abandonner les nouveaux-nés selon l’UNICEF

nouveau né

27 décès pour 1 000 naissances dans les pays à faible revenu
Le nombre de décès de nouveau-nés dans le monde reste alarmant, en particulier dans les pays les plus pauvres du monde, a déclaré aujourd’hui l’UNICEF dans un nouveau rapport sur la mortalité néonatale. Les bébés nés au Japon, en Islande et à Singapour ont les meilleures chances de survie, tandis que les nouveau-nés au Pakistan, en République centrafricaine et en Afghanistan ont les pires chances de survie.
« Alors que nous avons réduit de plus de moitié le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans au cours du dernier quart de siècle, nous n’avons pas fait de progrès similaires pour mettre fin aux décès d’enfants de moins d’un mois « , a déclaré Henrietta H. Fore, Directrice générale de l’UNICEF. « Étant donné que la majorité de ces décès sont évitables, il est clair que nous sommes en train d’abandonner les bébés les plus pauvres du monde. »

Taux moyen de mortalité

Globalement, dans les pays à faible revenu, le taux moyen de mortalité néonatale est de 27 décès pour 1 000 naissances, selon le rapport. Dans les pays à revenu élevé, ce taux est de 3 décès pour 1 000. Les nouveau-nés des endroits les plus risqués pour accoucher sont jusqu’à 50 fois plus susceptibles de mourir que ceux des endroits les plus sûrs.

« Bien que de grands progrès aient été réalisés en matière de mortalité infantile, 7 000 nouveau-nés meurent encore chaque jour dans le monde. La plupart de ces décès peuvent être évités, et la plupart se produisent dans les communautés les plus vulnérables du monde « , a déclaré David Morley, président et chef de la direction d’UNICEF Canada. « Nous appelons les gouvernements et les dirigeants à se joindre à nous pour sauver des millions de vies d’enfants en veillant à ce que le système de santé de chaque pays dispose du financement, de l’équipement et du personnel de santé qualifié dont il a besoin pour s’assurer que chaque bébé naisse dans des mains sûres. C’est une question d’équité : un enfant né en République centrafricaine devrait avoir les mêmes chances de voir le 22e siècle qu’un enfant né au Canada. »

Le rapport note également que 8 des 10 endroits les plus dangereux pour naître se trouvent en Afrique subsaharienne, où les femmes enceintes sont beaucoup moins susceptibles de recevoir de l’aide pendant l’accouchement en raison de la pauvreté, des conflits et de la faiblesse des institutions. Si chaque pays ramenait son taux de mortalité néonatale à la moyenne des revenus élevés d’ici 2030, 16 millions de vies pourraient être sauvées.

Plus de 80 % des décès de nouveau-nés sont dus à la prématurité, à des complications pendant l’accouchement ou à des infections telles que la pneumonie et la septicémie, selon le rapport. Ces décès peuvent être évités grâce à l’accès à des sages-femmes bien formées, ainsi qu’à des solutions éprouvées comme de l’eau propre, des désinfectants, l’allaitement maternel dans la première heure, le contact peau à peau et une bonne nutrition. Cependant, une pénurie d’agents de santé et de sages-femmes bien formés signifie que des milliers de personnes ne reçoivent pas le soutien vital dont elles ont besoin pour survivre. Par exemple, alors qu’en Norvège il y a 218 médecins, infirmières et sages-femmes pour 10 000 personnes, ce ratio est de 1 pour 10 000 en Somalie.

Le programme UNICEF Every Child ALIVE

Ce mois-ci, l’UNICEF lance Every Child ALIVE, une campagne mondiale pour exiger et fournir des solutions au nom des nouveau-nés du monde entier. Par le biais de cette campagne, l’UNICEF lance un appel urgent aux gouvernements, aux prestataires de soins de santé, aux donateurs, au secteur privé, aux familles et aux entreprises pour que chaque enfant reste en vie :

  • Recruter, former, retenir et gérer un nombre suffisant de médecins, d’infirmières et de sages-femmes ayant une expertise en soins maternels et néonatals ;
  • Garantir des installations sanitaires propres et fonctionnelles, équipées d’eau, de savon et d’électricité, à la portée de chaque mère et de chaque bébé ;
  • Faire une priorité de fournir à chaque mère et à chaque bébé les médicaments et l’équipement nécessaires pour prendre un bon départ dans la vie.
  • Donner aux adolescentes, aux mères et aux familles les moyens d’exiger et de recevoir des soins de qualité.

« Chaque année, 2,6 millions de nouveau-nés dans le monde ne survivent pas à leur premier mois de vie. Un million d’entre eux meurent le jour de leur naissance « , a déclaré Mme Fore. « Nous savons que nous pouvons sauver la grande majorité de ces bébés grâce à des solutions de soins de santé abordables et de qualité pour chaque mère et chaque nouveau-né. Quelques petits pas de chacun d’entre nous peuvent aider à assurer les premiers petits pas de chacune de ces jeunes vies.

Laisser un commentaire